Sommes-nous tous dépendants ?

Sommes-nous tous dépendants ?

Après avoir identifié le type de dépendance dont nous parlons (cf. l’article « De quelle dépendances parlons-nous ? »), nous pouvons dire que nous sommes tous dépendants !

Incontestablement et inéluctablement dépendants

Nous sommes et nous resterons des êtres dépendants et [inter]dépendants. La dépendance est inéluctable, nécessaire et, pour certaines dépendances, définitives. La dépendance n’est pas le problème, ce sont les excès pouvant mener à une addiction qui le sont.

Nous avons besoin de certaines dépendances pour notre survie, pour nous construire physiquement, psychologiquement, intellectuellement, spirituellement, socialement, etc… mais il y a certaines dépendances dont nous aurions tout intérêt à nous défaire pour nous affirmer et exister dans notre unicité et notre singularité.

Une dépendance vitale

Un simple exemple : dès l’enfance, nous avons besoin de règles, de limites mais aussi de connaissances pour apprendre à vivre et à s’intégrer en société. A ce titre, nous sommes dépendants de « l’enseignant » (parents, professeurs, entraîneurs, etc…) qui nous éduque en ce sens. Pourtant, arrive ce jour où il nous faut apprendre à voler de nos propres ailes en s’émancipant de l’enseignant. Pour trouver cette indépendance (autonomie), il est nécessaire de s’affranchir de celui-ci (parfois même en transgressant) pour nous affirmer, aspirer à notre liberté et exister par nous-même.

Ce passage est souvent inconfortable et anxiogène et, comme tout changement, il fait passer par une phase d’inconfort. Gagner sa liberté et son indépendance nous amènera inéluctablement, pendant un temps, à ressentir une sorte de mal être.

S’émanciper pour son indépendance

Observez l’adolescent qui cherche à s’émanciper de ses parents pour gagner en indépendance : le passage de l’enfant à l’adulte peut être difficile et s’exprimer par du mal être, de la révolte, de l’inhibition, etc. Le jeune qui aspire à son indépendance exprime comme il le peut son angoisse et son inconfort et, même s’il aspire à sa liberté, il a peur de l’inconnu.

Les parents, dans la mesure du possible, doivent accompagner l’enfant vers sa future vie d’adulte en acceptant de « lâcher » certains liens pour éviter de perpétuer une relation de dépendance qui l’empêchera de développer son unicité, sa créativité, sa propre estime et sa confiance en lui.

Ce schéma d’inconfort que nous traversons dans les grands changements de nos vies est identique à celui que l’on rencontre lorsqu’on souhaite se défaire d’une dépendance comportementale pathologique, d’une dépendance affective ou d’une dépendance aux substances. Le choix de l’abstinence et de la guérison, donc du changement, nous fera obligatoirement passer par une phase d’inconfort.

La dépendance manipulatoire

Quand le mécanisme de dépendance est bien compris, il peut être entretenu à des fins manipulatoires. Par exemple, les gouvernements du monde entier ont toujours eu intérêt à gouverner des peuples dépendants, c’est ainsi qu’ils entretiennent en permanence une communication dite « pessimiste ou négative » en s’appuyant quasiment exclusivement sur cette fameuse zone d’inconfort (par les médias, la politique, l’économie, etc.), excluant volontairement une communication dite « positive ». Ils entretiennent ainsi l’inconfort du peuple pour stimuler en permanence sa peur qui le rend ainsi plus malléable et docile.

Par la peur (de manquer, de l’inconnu, de perdre, de l’autre, etc.), les gouvernements orchestrent la dépendance de chaque citoyen qu’ils ne désirent pas autonome car un être qui aspire à sa liberté est un être dangereux pour tout système.

Le pouvoir de l’indépendance

Chacun a le pouvoir de tempérer et/ou de se défaire de certaines dépendances.
On parle essentiellement de dépendances liées à des substances, des comportements pathologiques ou à des relations. Pourtant, on parle très peu de la dépendance qui est, selon moi, la plus répandue avec un impact important sur nos vies (avec, c’est sûr, des conséquences moindres que certaines dépendances) et dont une majorité des personnes sont pourvues : la dépendance aux croyances limitantes.

Beaucoup de personnes se complaisent dans leurs croyances afin de vivre dans un certain confort illusoire (matériel et/ou psychique), bien souvent rempli de frustrations et de culpabilités.
Dans la réalité, en toute objectivité face à vous-même, combien de rêves, de désirs, d’envies, d’objectifs, avez-vous enfouis au fond de vous sans jamais passer à l’action à cause (ou grâce ?!) d’une multitude d’excuses dont vous vous êtes persuadé ?
Pourquoi n’avez-vous pas essayé d’atteindre ce rêve ? Qu’est-ce qui vous en a empêché ? Pourquoi développez-vous autant d’imagination et de créativité quand il s’agit de trouver des excuses ?
Vous développez une énergie que vous dépensez dans des futilités caduques alors que vous pourriez la mettre au service de l’obtention de vos rêves.
Quand vous agissez ainsi, vous vous trouvez au cœur de votre dépendance.

Analyse limitante

Maintenant, si je vous parle de personnes qui étaient dans une situation similaire à la vôtre c’est-à-dire avec des peurs, des doutes et des questionnements mais qui ont dépassé leurs croyances limitantes et ont finalement atteint leurs rêves. Vous me direz certainement que pour elles c’était différent car elles ont peut-être eu la chance de bénéficier d’aide ou de rencontrer une personne qui les a « chapeautées ». Pourtant, même si vous avez peut-être raison, si tout cela est arrivé pour ces personnes, vous omettez de prendre en compte le fait qu’elles ont enclenché un processus en se mettant en chemin pour faire tomber leurs croyances limitantes. C’est ainsi que tout s’est mis en place pour elles dans le sens de leur réussite.
Tandis que vous, en analysant et en argumentant la situation de manière limitante, vous êtes, encore une fois, au cœur de votre dépendance. Vous mettez encore beaucoup d’énergie et de stratégies pour vous complaire dans votre dépendance plutôt que de passer à l’action en sortant de votre zone de confort et vous mettre, vous aussi, sur le chemin de votre rêve.

Dépendant à sa zone de confort ?

A ce titre, vous vous comportez exactement comme une personne addict pour qui, sortir de sa zone de confort génère une vraie angoisse et une vraie peur et vous faites tout pour éviter cette situation par un subterfuge. Le subterfuge du drogué, par exemple, c’est la substance qu’il consomme, le vôtre, ce sont vos excuses permanentes dont vous vous persuadez mais qui cristallisent et figent votre vie sans rien changer.

La dépendance est une réaction irrépressible et compulsive face à une émotion trop difficile à gérer. Dès que l’angoisse ou la peur est trop importante, nous recherchons un plaisir excessif pour tempérer, voire totalement annihiler, les effets de cette réaction. Le plaisir que vous prenez dans la démonstration faite plus haut est de vous persuader que vous ne parviendrez jamais à atteindre vos rêves pour ainsi rester dans votre zone de confort. Si en plus vous trouvez « un compère » qui vous conforte dans votre fonctionnement et votre raisonnement de « fuite », vous prenez votre «shoot» de satisfaction et de plaisir ! Vous êtes donc un être dépendant, au même titre que le drogué, mais avec des conséquences différentes sur votre santé.

La méthode pour l’indépendance

La solution pour sortir de cette dépendance-là, c’est tout simplement l’action ! Passez à l’action et vous verrez que le mur le plus haut et le plus solide que vous rencontrez, c’est celui que vous bâtissez vous-même.
À chaque action que vous posez en direction de votre rêve, vous vous défaites de votre dépendance pour devenir un être libre et indépendant. Ça ne veut pas dire vivre sans relation et sans collaboration avec d’autres personnes, cela signifie vivre en conscience et en coopération avec vos propres émotions. En agissant ainsi, vous prendrez pleinement conscience que vous êtes maître de vos choix et de vos décisions.
La collaboration avec autrui est tout à fait compatible et même nécessaire pour un être indépendant.

« Une VIE pleine de SENS ! » communique sur les thèmes de la dépendance et du développement personnel.
L’objectif de ce site est de proposer des ressources pour aider ceux qui le souhaitent à se défaire durablement d’une addiction, grâce entre autre, à une meilleure compréhension des mécanismes de la dépendance et l’utilisation d’outils de développement personnel, afin d’agir de manière concrète et tangible.
Ces informations ne remplacent pas l’avis d’un professionnel de la santé. Les auteurs des textes de ce site ne sont pas des professionnels de la santé, sauf ceux identifiés, présentés et reconnus comme tels. L’intérêt que vous leur accordez ne doit pas vous dispenser de faire bon usage de votre discernement, de vos expériences personnelles et de votre esprit critique.

Pin It on Pinterest

Share This