Quelles différences entre mauvaise manie et dépendance excessive ?

Quelles différences entre mauvaise manie et dépendance excessive ?

Il y a bien des différences entre mauvaise manie et dépendance excessive, la première étant les conséquences pour soi et son environnement.

Des automatismes sans conséquences

Pour dissocier une mauvaise manie d’une dépendance excessive, il est d’abord nécessaire de comprendre que nous avons tous des mauvaises manies. Une mauvaise manie est un comportement quasiment automatique qui n’est pas irrépressible et qui n’a pas de conséquence grave pour nous et/ou pour notre entourage. Par exemple, beaucoup de gens ont l’habitude d’allumer leur télévision dès qu’ils rentrent chez eux. Cette habitude est devenue un automatisme, même si ces personnes ne regardent pas forcément leur télévision, ils ont pris l’habitude de l’allumer et ont ainsi la sensation d’une présence. En soi, cela n’est pas très grave et les conséquences sont moindres (même si, en poussant un peu plus loin la réflexion, nous pourrions y trouver certaines conséquences néfastes). Toutefois, si cette personne n’allume pas la télévision, elle n’est pas rongée par la culpabilité et cela n’influe pas négativement sur sa vie, son comportement, son entourage. Peut-être ressentira-t-elle, tout au plus, un léger manque furtif qui sera néanmoins supportable à vivre.

Une des différences entre mauvaise manie et dépendance excessive est dans les conséquences

Mauvaise manie et dépendance excessive se différencient par les conséquences qu’elles peuvent engendrer dans la vie d’une personne, ainsi que par les comportements pouvant résulter de l’une ou de l’autre. En ayant simplement de mauvaises manies, l’individu ne se met pas en danger, il n’est pas dans un schéma « de vie ou de mort » (symbolique) par rapport à la pratique de cette manie. Il peut tout à fait avoir conscience qu’il a acquis une ou des mauvaises habitudes, mais ne souhaite pas obligatoirement les arrêter, car cela ne lui procure pas de souffrance. Cette manie ne vient pas remplir une fonction de compensation ou de « pansement » dont il ne peut absolument pas se passer. Il peut lui arriver d’être irrité car il sait que ce comportement n’est pas idéal pour lui, mais pas au point de le plonger dans une grande culpabilité ; il est d’ailleurs en capacité de cesser ces mauvaises manies, en prenant de fermes résolutions et ceci, sans aide extérieure, ni grande frustration.

Une mauvaise manie peut être changée ou abandonnée bien plus aisément qu’une dépendance excessive ou une addiction. Il n’y a pas de démarche compulsive (ou très limitée) et irrépressible. Une personne qui agit par automatisme, par manies, reste à l’écoute d’elle-même et de son environnement, elle est encore maître de ses actes, contrairement à une personne dépendante qui n’est plus connectée à la réalité et n’a plus aucun pouvoir de décision sur rien.

À des niveaux différents, nous sommes tous dépendant

En fait, nous sommes tous dépendants ! Nous pourrions balayer de notre vocabulaire tous les autres termes du même registre (manie, habitude, addiction, etc.) et employer uniquement le mot «dépendance» avec une échelle de mesure graduelle variant de 1 à 10 pour déterminer notre niveau de dépendance.

La dépendance n’est qu’une quête de plaisir dans laquelle nous nous lançons tous, à des intensités différentes, mais ce qui crée une différence entre dépendance et mauvaise manie, c’est la fonction que nous donnons à cette notion de plaisir. Si, par exemple, nous nous adonnons à des plaisirs artificiels comme la consommation de substances pour panser nos blessures, nous pouvons facilement tomber dans des comportements qui peuvent devenir dangereux, voir destructeurs.

Des plaisirs mesurés

Même quand le plaisir reste mesuré nous sommes dans une petite forme de dépendance (la dépendance étant une recherche de plaisir) tout à fait acceptable pour chacun d’entre nous. Boire un peu plus qu’il ne le faudrait lors d’une soirée (sans conduire bien-sûr) n’est pas du tout un problème (c’est un plaisir récréatif) et les conséquences sont surtout pour votre tête le lendemain matin ! Alors que boire systématiquement tous les week-ends, voir tous les jours, implique des conséquences bien plus graves pour votre santé et certainement pour votre entourage.

Demandez-vous toujours « Pourquoi ? » vous agissez ainsi, sans pour autant que ça devienne une obsession. En somme, faites-vous confiance et respectez-vous !

« Une VIE pleine de SENS ! » communique sur les thèmes de la dépendance et du développement personnel.
L’objectif de ce site est de proposer des ressources pour aider ceux qui le souhaitent à se défaire durablement d’une addiction, grâce entre autre, à une meilleure compréhension des mécanismes de la dépendance et l’utilisation d’outils de développement personnel, afin d’agir de manière concrète et tangible.
Ces informations ne remplacent pas l’avis d’un professionnel de la santé. Les auteurs des textes de ce site ne sont pas des professionnels de la santé, sauf ceux identifiés, présentés et reconnus comme tels. L’intérêt que vous leur accordez ne doit pas vous dispenser de faire bon usage de votre discernement, de vos expériences personnelles et de votre esprit critique.

Pin It on Pinterest

Share This