Comment comprendre facilement la notion de dépendance ?

Comment comprendre facilement la notion de dépendance ?

Pour comprendre facilement la notion de dépendance, dans un premier temps, je vais expliquer le phénomène de dépendance puis la différence avec l’addiction et nous finirons par quelques recommandations.

Le processus de dépendance

Nous sommes dans un processus de dépendance lorsqu’on est sous l’influence d’un produit ou dans un comportement addictif ou lorsqu’on est soumis à une relation toxique nous empêchant d’avoir une totale autonomie.

En médecine on parle de dépendance lorsqu’un/e patient/e présente à l’arrêt d’un produit un syndrome de sevrage, cela veut dire qu’il/elle va ressentir un manque. Dans certains cas, il y a des symptômes physiques ou/et psychologiques qui apparaissent.

Il y a plusieurs éléments à prendre en compte pour comprendre facilement la notion de dépendance et la traiter

  • La tolérance

C’est notre aptitude à supporter les effets d’un agent externe jusqu’à un certain seuil sans dommage, tel que des produits pour le cas des drogues. Qu’il s’agisse d’un produit ou d’un comportement, tels que l’addiction au jeu ou au sexe, une consommation répétée va pousser notre corps à s’adapter et à devenir plus résistant pour maintenir en quelque sorte un équilibre et pour ressentir les mêmes effets qu’au début de la consommation, les doses devront donc être augmentées.

  • Le syndrome de sevrage

On parle de sevrage lorsque l’individu procède à l’arrêt du produit ou du comportement responsable de sa dépendance et qu’il ressent un manque.

  • Le maintien de l’abstinence

C’est la phase durant laquelle il y a un risque de rechute, on estime selon les cas qu’il faut plusieurs semaines, voire plusieurs mois pour ne plus ressentir de manque. Le risque de rechute varie selon les personnes, c’est un processus propre à chacun. Il est important de savoir qu’il faut beaucoup de temps pour se remettre psychologiquement de cette épreuve et également pour construire de nouveaux circuits neuronaux qui ne créent plus de dépendance. D’après les neurosciences, une consommation régulière engendre un déséquilibre du fonctionnement neurobiologique de l’individu et met en place un mécanisme qui est la dépendance.

L’addiction versus la dépendance

Lorsqu’on consomme une substance de manière excessive, au point de tomber dans une addiction, des pulsions surviennent ainsi que des troubles du comportement ; cliniquement, on va parler de troubles dysfonctionnels du comportement. Une personne dite «addicte» aura des pulsions irrépressibles de consommation et perdra la maîtrise d’elle-même. Ses réactions seront beaucoup moins contrôlées, elle agira de façon quasi inconsciente et automatique. Les effets de l’addiction sur le système nerveux induiront des automatismes, certaines personnes parlent même de réflexes, sachant que certaines drogues peuvent devenir addictives dès la première consommation. Ces troubles du comportement surviennent tout au long de l’addiction alors que lors de la dépendance, on observe un manque survenant au moment de l’arrêt de la consommation.

Retrouver son autonomie

La dépendance est un peu le côté obscur de l’autonomie. On peut dire que l’être humain est paradoxal dans ses fonctionnements. Il veut, par exemple, plus de responsabilités au travail sans la dose de risques que cela implique, n’est-ce pas contradictoire ? Dans leurs relations amoureuses, certaines femmes préfèrent être avec des mauvais garçons en sachant pertinemment qu’elles risquent de souffrir, est-ce cohérent ? Pourtant l’humain fonctionne ainsi.

Nous avons tous des dépendances sans exception, dépendance à nos téléphones, à internet, aux réseaux sociaux, etc… et pourtant nous ne nous sentons pas malades pour autant. Cependant, lorsque la consommation liée à notre dépendance nous fait perdre notre autonomie, nous tombons dans un fonctionnement nuisible dont nous ne pouvons plus nous passer.

La dépendance affecte également notre «circuit de la récompense» dans le cerveau. En stimulant ce circuit, de la dopamine est libérée entraînant un dysfonctionnement neuronal, qui à terme désensibilise cette région du cerveau et implique une augmentation des doses.

Une transformation adaptée

Selon mon expertise, tous les processus de transformation, afin de sortir d’une addiction ou d’une dépendance, sont adaptés à chaque cas, car chacun est différent et demande donc un diagnostic sur mesure, néanmoins, les points suivants sont semblables pour tous.

  • Prendre conscience de sa situation

Une observation de sa propre situation permet de prendre conscience et de comprendre la réalité dans laquelle on se trouve. Une personne dépendante devra apprendre à s’observer afin de voir ses propres comportements toxiques. Sans prise de conscience, il est impossible de faire face aux problèmes qui doivent être affrontés.

  • Accepter sa situation

Il est ensuite très important que la personne reconnaisse et accepte ce qu’elle est en train de vivre. L’acceptation est un point crucial pour avoir un déclic et aller vers l’arrêt de l’addiction.

  • Se blâmer ne résoudra rien

L’être humain a tendance à porter son focus sur ce qui ne va pas au lieu de voir le positif. Il ne s’agit pas de se répéter des affirmations positives à longueur de journée, mais il est nécessaire de comprendre et d’intégrer le fait que sortir de sa dépendance est possible et, pour surpasser cette épreuve, il faut devenir son meilleur allié.

« Une VIE pleine de SENS ! » communique sur les thèmes de la dépendance et du développement personnel.
L’objectif de ce site est de proposer des ressources pour aider ceux qui le souhaitent à se défaire durablement d’une addiction, grâce entre autre, à une meilleure compréhension des mécanismes de la dépendance et l’utilisation d’outils de développement personnel, afin d’agir de manière concrète et tangible.
Ces informations ne remplacent pas l’avis d’un professionnel de la santé. Les auteurs des textes de ce site ne sont pas des professionnels de la santé, sauf ceux identifiés, présentés et reconnus comme tels. L’intérêt que vous leur accordez ne doit pas vous dispenser de faire bon usage de votre discernement, de vos expériences personnelles et de votre esprit critique.

Pin It on Pinterest

Share This