Comment sortir de vos dépendances affectives grâce à l’hypnose ?

Comment sortir de vos dépendances affectives grâce à l’hypnose ?

Il y a quelques mois de cela, une jeune fille est venue me voir pour un problème de dépendance affective. Elle me raconte être complètement dépendante des hommes qu’elle rencontre. Elle est prête à tout et s’éteint pour eux. Elle fait tout pour que leur relation soit vécue en totale autarcie car elle est d’une jalousie maladive. Tout cela la ronge. Je l’ai donc questionné sur son histoire personnelle et familiale, pour comprendre quel lien il pourrait y avoir avec la situation actuelle.

Trouver le fond du problème

Elle m’explique que sa mère est quelqu’un de très autoritaire et qu’elle n’a aucun lien « mère-fille » avec. Elle me parle aussi de ses frères et sœurs, de ses oncles, etc… Là, je sens le « traquenard ». Le cerveau est extrêmement habile pour essayer de tromper l’autre. Je trouvais qu’elle voulait beaucoup trop m’emmener ailleurs et j’étais certaine qu’elle cachait quelque chose. Quelqu’un manquait à l’appel : son père. Je décide donc de la questionner sur lui et la réponse ne s’est pas faite attendre. Elle s’est décomposée et s’est mise à pleurer, en m’expliquant que son père l’a abandonnée lorsqu’elle était enfant et qu’aujourd’hui elle le recontacte souvent, mais que lui n’est pas « emballé » par l’idée de la revoir. En somme, elle a vécu un sentiment d’abandon et vit encore aujourd’hui un perpétuel rejet. On touche le fond du problème.

L’hypnose en action

Je vais donc utiliser cet angle d’attaque pour régler la situation. Étant hypnothérapeute, je décide de lui faire une séance d’hypnose que l’on nomme la « régression en âge » (vous pourrez trouver ci-joint le schéma de ce protocole). Je la mets en confiance, lui explique ce qu’est l’hypnose et ce que nous allons faire. Je mets toujours un point d’honneur à expliquer la séance avant de commencer car je pars du principe que je dois responsabiliser la personne, c’est elle qui travaille, ce n’est pas moi. Donc toutes les deux debout, l’une à côté de l’autre, je la mets sous hypnose avec une induction liée au temps, puis je lui demande d’imaginer qu’elle a une télécommande dans la main lui permettant de revenir dans le temps, de retourner en arrière. Elle regarde les images défiler sur un écran de cinéma en face d’elle. Je lui demande d’appuyer sur le bouton et de stopper au moment où une image lui saute aux yeux.

Revivre pour comprendre

Elle s’arrête sur le jour, lorsqu’elle était au collège, où un garçon dont elle était éperdument amoureuse l’a rejetée, lui disant qu’il ne l’aimait pas. Elle me décrit précisément la scène, revivant ce rejet. Je lui demande de garder ce moment en tête et de continuer à remonter le temps.

Elle ré-appuie sur la télécommande et se remémore un moment, lorsqu’elle avait 8 ans. Sa mère lui dit qu’elle est nulle et que de toute façon personne ne l’aimera jamais car elle ne vaut rien. Elle se met à pleurer lorsqu’elle m’explique cela. Je lui demande encore une fois de garder cela en mémoire et de continuer à régresser.

Elle se retrouve dans une situation où elle a trois ans et que son père lui explique, ainsi qu’à ses sœurs, qu’il part car il se sent mal dans cette vie, mais que ce n’est pas de leur faute. Je lui demande comment elle se sent, malgré le fait que son père essaie de la rassurer. Elle me dit que c’est comme si on lui « arrachait un bout du cœur ». Ce qu’elle vit est violent.

L’intégration

On a touché la base du problème et nous pouvons donc commencer le travail de guérison. Nous allons revenir dans le présent, en repassant par chacune de ces étapes pour les « intégrer ». Elle est alors dans la situation où son père s’en va lorsqu’elle est une petite fille et elle souffre terriblement. Je lui demande de quoi la petite fille a besoin pour ne plus subir ce moment et comment, en tant qu’adulte et avec ses ressources actuelles, elle peut l’aider (ce qui revient à s’aider elle-même en fin de compte). La petite fille a besoin de câlins, d’être rassurée, comprise, etc… Lorsqu’elle considère que la douleur s’est apaisée, on reproduit ça pour chaque situation, jusqu’à revenir ici et maintenant.

Un impact concluant sur sa dépendance affective

Le protocole d’hypnose étant terminé, je vérifie que cela a eu de l’impact sur sa problématique. Elle me dit que c’est comme si « un poids s’était envolé ». Elle se sent vidée…

Pour bien clore la séance, je décide de lui faire ce qu’on appelle un ancrage en PNL. Je lui demande de se remémorer un moment de sa vie où elle s’est sentie très sûre d’elle, en totale confiance, et je lui propose de le revivre comme si elle y était. Lorsque je sens qu’elle est pleinement dedans, je lui demande de faire un geste qui ancrera le sentiment. Elle croise les doigts pendant une minute, tout en continuant de vivre entièrement l’émotion de confiance en elle, ainsi, lorsqu’elle le souhaitera, elle pourra de nouveau croiser les doigts pour réactiver le sentiment que nous avons ancré. Et la séance s’est terminée là

L’hypnose a des effets sur la vie présente et sur la façon de voir les relations affectives futures

J’ai souhaité vous parler de cet accompagnement principalement pour deux raisons. Tout d’abord, je souhaitais montrer ce qu’il était possible de faire pour aider quelqu’un subissant cette dépendance affective. Et ceci n’est qu’une possibilité parmi d’autres ! Ensuite, je voulais exposer les raisons de la dépendance affective que j’ai le plus rencontrées lors de mes accompagnements. Les personnes avec lesquelles j’ai travaillées avaient toutes en commun une estime de soi très faible à ce moment précis de leur vie. Elles étaient toutes très dures avec elles-mêmes, très critiques. Elles avaient beaucoup de mal à s’aimer et à pouvoir reconnaître qu’elles avaient des forces et des qualités. Le regard des autres avaient une très grande importance pour elles. De manière globale, toutes ces personnes avaient une confiance en elles et en leurs ressources proches de zéro.

C’est pourquoi, lors de mes séances, je vais toujours chercher les raisons pour lesquelles ces personnes ont perdu toute estime d’elles-mêmes et je traite ce problème qui a des effets directs sur leur vie présente et sur leur façon de voir leurs relations affectives futures. C’est selon moi, le meilleur moyen de régler ce problème, au combien récurrent, de dépendance affective.

« Une VIE pleine de SENS ! » communique sur les thèmes de la dépendance et du développement personnel.
L’objectif de ce site est de proposer des ressources pour aider ceux qui le souhaitent à se défaire durablement d’une addiction, grâce entre autre, à une meilleure compréhension des mécanismes de la dépendance et l’utilisation d’outils de développement personnel, afin d’agir de manière concrète et tangible.
Ces informations ne remplacent pas l’avis d’un professionnel de la santé. Les auteurs des textes de ce site ne sont pas des professionnels de la santé, sauf ceux identifiés, présentés et reconnus comme tels. L’intérêt que vous leur accordez ne doit pas vous dispenser de faire bon usage de votre discernement, de vos expériences personnelles et de votre esprit critique.

Pin It on Pinterest

Share This